Hôtel Gites de Kribi pour un séjour réussi. Qualité et Sourire en plus


Nouveau : Emission sur KRIBI a TV5monde du 18/1/2017

Un cadre idéal pour passer ses vacances    Téléchargez la brochure touristique

Monument a Kribi

Le Futur de Kribi est déjà la !

https://www.youtube.com/watch?v=P0savsBM0CA

https://www.youtube.com/watch?v=k_WrAHtKwmU

https://www.youtube.com/watch?v=4npp9yHaUa4


Le Cameroun et Kribi c'est ca :


- Un port généraliste sur le site de MBORO
- Un port minéralier sur le site de LOLABE,
- Un port de plaisance sur le site de Grand-Batanga
- Une zone industrielle et commerciale
- Une zone urbanisée
- Une desserte routière connectée au réseau intérieur et sous-régional
- Une desserte ferroviaire connectée au réseau intérieur
- Un réseau de télécommunications capable de soutenir les opérations portuaires
- Une desserte électrique.
Le port général :
- Un terminal conteneur ;
- Un terminal aluminium ;
- Un terminal hydrocarbures ;
- Un terminal conteneurs ;
- Un terminal polyvalent.
- Une desserte routière connectée au réseau intérieur et sous-régional
- Une desserte ferroviaire connectée au réseau intérieur
- Un réseau de télécommunications capable de soutenir les opérations portuaires
- Une desserte électrique.
Le port minéralier
- Un appontement pour l’exportation du minerai de fer
- Une usine d’enrichissement de minerai,
- Une aire de stockage
- Une base ferroviaire
- Etc

Excursion avec les Gîtes de Kribi avec guide _ Nous contacter pour les conditions  et

Gîtes-- Mboamanga avec présentation fabricant d'objet de souvenir puis arrêt le Centre Communautaire de Pêche Artisanale de Kribi (CECOPAK) communément appelé débarcadère de Mboamanga  (visite marché au poisson) ---Visite du cimétière allemand + historique---La cathédrale St Joseph première mission catholique du pays crée par Mgr Henrich VIETER premier prefet apostolique du Cameroun--- Le phare Allemand construit en 1908 ---La résidence du préfet, l'un des édifices coloniaux qui était autrefois le palais du gouverneur allemand avec l'histoire de Martin Paul Samba ---- Traversé du pont de la Kienké avec l'histoire des batangas et Mabi --- Visite privée du Golf de Kribi dont le  magnifique parc protège de nombreuses essences d’arbres dont un immense et superbe fromager bicentenaire --- Pause déjeuner --- Départ pour la lobé visite des chutes et demonstration des technique d'arret des crevettes --- Grand batanga et visite du musée de grand batanga et les plages--- visite du nouveau port en eau profonde de Kribi.



Restaurants
• La marmite de Mole ** Fermé
• Le Siloe **
• L’Hotel du Phare ***
• Ilomba ***

Hotels
Le Coco Beach - Tel: (00.237) 33.46.15.84
Fleur Marine *
Cuisine Européenne et Africaine, Emplacement exceptionnel
Le Forestier *

Santé / Soins
• Une pochette de premiers secours est a votre disposition ; en cas d’urgence

Pharmacie de la gloire
Rue Petit Paris - près de la SNEC - BP 141 - Tél/Fax (00.237) 33.46.13.48 - Ouvert tous les jours
Pharmacie de l'Océan
Avenue de l'océan



URGENCES MEDICALES
Hôpital de District (+237) 3346 1126
Hôpital départemental (+237) 3346 1381



Securité
• Gardien jour et Nuit Pour le bien être de tous nos hôtes nous vous demandons de bien vouloir respecter leur tranquillité aux heures tardives.
En cas d’urgence :
Préfecture (+237) 33 46 12 31
Sous Préfecture (+237) 33 46 10 50
Mairie (+237) 22 04 90 09
URGENCES SECURITE
Commisariat de sécurité publique (+237) 3346 1200
Commissariat spécial (+237) 3346 1204
Gendarmerie (brigade) (+237) 3346 1161
Gendarmerie (compagnie) (+237) 3346 1142

URGENCES MEDICALES
Hôpital de District (+237) 3346 1126
Hôpital départemental (+237) 3346 1381

Soins de Beauté

• Salon de Beauté de Paris
Soins du visage, Coiffure, Esthétique, Maquillage, Massages, Manucure, Pédidure, Relooking


Souvenirs
• De nombreuses boutiques vous proposent des souvenirs locaux ; Nous vous conseillons notre « artiste peintre » Serge Kizito ( réfugié Congolais ) dont des toiles sont exposées a la galerie « Les Naufragés du temps » a Saint Malo. Vous pourrez négocier de belles toiles a un prix d’environ 20 euros (prix en France 75 euros )
Telévision Kribi seaside town of 50,000 inhabitants is located 160 km from Douala, Cameroon’s economic capital and 270 km from Yaoundé its political capital. Easily accessible by road, anyone can reach Kribi by car. Many other public transport companies can lead tourists to Kribi using buses that go directly to 6-7 times a day from Douala and Yaoundé.

Head of the department of the ocean, the city is bordered by sandy beaches. During the day, people spend time on the beautiful beaches enjoying sweet coconut milk and the sunny weather which in this region reaches 25 degrees all year round.

In the afternoons, while spending time under the coconut trees, visitors can see many fishermen returning from the sea with their boats. One interesting thing is that anyone can buy fresh fish directly from them at a very low cost.

The evening atmosphere is lively thanks to many people scattered throughout the city restaurants. This is the right time to enjoy the famous Kribi shrimps, lobsters, prawns, grilled fish, plantains, prunes and grilled sweet corns. Who could say no to such a delightful combination of nutritious food?

For the young visitors of Kribi, please be assured that visiting Kribi is still a good idea and you will find great spots and a amazing variety of nightclubs in the area. The atmosphere is hot, especially on weekends when many Cameroonians and expats come from Douala and Yaoundé to entertain themselves. One can easily learn how to dance Makossa, the traditional music.

Please be assured that your stay in Kribi will be very much interesting if you visit one of the internet cafes around. Internet connection is very cheap for the public and you can share your pictures with the rest of the world as soon as you can. People are very friendly and telephone communications, as well as by fixed or mobile, are also easy and cheap. One thing is for sure, the means of transport will amaze visitors and the most prevalent in the city are taxis and motorcycles. These two means of transport will be found at all hours of the day and night. It will cost every tourist less than a dollar race.

Kribi Cameroon photo

For those who want to venture out of Kribi, about ten kilometers south of the city on the track, are the beautiful waterfalls of Lobe, a turbulent cascade of more than 100 meters wide which falls in salt waters of the Gulf of Guinea. Always in the same direction at 50 kilometers from Kribi, lies the fishing village of Ebodjé. Tourists can make trips in canoes and observe sea turtles that come floating on the beaches between November and January.

If you are planning to go to Kribi this year, please know that this town is considered as the top tourist destination in the country. Learn to enjoy its white sand beaches lined with coconut palms; all this will make you smile after a harrowing journey across the country. As a bonus, you can enjoy the various tropical fruits and just enjoy the views and get to know the culture through its people.

f



                                                                                                                 HISTOIRE DE KRIBI

Les premiers Missionnaires et Commerçants allemands débarquent à Kribi en 1889 et y pratiquent le troc de sel, de pagnes, d'ivoires, de caoutchouc...
Le nom Kikiribi signifierait "petit bonhomme" et serait le nom donné par les colons à un autochtone des lieux qui était court et bancal. Il a lui meme adopté ce nom et l'a par la suite transmis aux siens et à tous les habitants de Lohove. Ce nom est resté et est devenu Kribi.
Pendant la période coloniale, la zone de Kribi a eu une vocation cacaoyère. Ses premiers occupants furent les Batangas et les Mabi.
Les Batangas sous l'autorité de leur Chef le Roi MADOLA imposèrent une résistance farouche aux Allemands. C'est ce qui explique peut-être leur exil en 1914 dans la région du sud ouest. C'est seulement en 1916 que les Batangas sont ramenés chez eux après avoir été massacrés, coincés entre des bombardements des alliés et les contre attaques des allemands. Ce retour est fêté chaque année depuis plus de 91 ans dans la ville de Kribi.
La ville de Kribi est située dans la Région du Sud; on y retrouve les plus belles plages du Cameroun. On peut s'y rendre par route à partir de Yaoundé ou de Douala. De nombreuses agences de voyages desservent cette localité.


Les Origines du Cameroun
Vers 1472, les Portugais qui résident à Malabo aperçoivent le Mont Cameroun. Voulant l’atteindre, ils pénètrent dans l’estuaire du Wouri où ils trouvent beaucoup de crevettes. Ils appellent le Wouri « RIO DOS CAMAROES » ce qui signifie rivière des crevettes. Le Portugal passe sous la dépendance espagnole et Rio dos Camaroes devient « RIO DOS CAMARONES ».
Cameroun vient donc de Camarones mais, ce nom fut d’abord donné à la ville de Douala avant de désigner tout le pays à partir du 1er janvier 1901.
Histoire du Cameroun
L’Histoire du Cameroun remonte à la préhistoire car à différents endroits du Cameroun, on a retrouvé des outils en pierre taillée, en pierre éclatée et en pierre polie. Dans les monts mandara (extrême nord), il y a plus de 5000 ans, certaines populations auraient eu des contacts avec les Egyptiens de l’ancienne Egypte et appris à fondre le fer.
Islam :
L’Islam a été introduit au Cameroun au 18e siècle. Les Pasteurs Foulbé se sont installés dans la région appelée aujourd’hui Adamaoua. Leurs chefs prennent pour épouses les filles des chefs locaux. En 1806, un chef Peul nommé OTMAN DAN FODIO, fervent musulman, règne sur un grand empire. Il décide de lancer la guerre sainte et remet à un certain ADAMA l’étendard. Ce dernier conquiert tout le pays qu’on appelle aujourd’hui Adamaoua (pays d’Adama). Toutes les populations de cette zone (sauf celles des monts mandara), se soumettent et fusionnent avec les Foulbé.



Nord Cameroun
Les populations du nord Cameroun durant la 2e moitié du 19e siècle sont constituées de :
- Foulbé qui ont d’immenses troupeaux de bœufs. Ils sont accompagnés de Mbororo
- Mousgoum et Massa qui sont des pêcheurs et des éleveurs de chevaux et de bœufs.
- Moundang et Toupouri qui sont des éleveurs et des cultivateurs.
- Guisiga qui vivent dans les plaines à mil de Maroua.
- Kirdi qui sont des païens et vivent dans les monts mandara.
La région conquise par Adama est divisée par les Foulbé en territoires appelés LAMIDATS. A la tête de chaque Lamidat se trouve un chef appelé Lamido ; il est élu à vie et doit être de race peule et faire partie de la famille régnante.
Sud Cameroun
Dans la zone forestière, les populations vivent de la chasse, de la cueillette et de l’agriculture. Les hommes assurent les travaux de débroussage, la construction des maisons alors que les femmes assurent les travaux des champs et la pêche. Ce sont des populations païennes et chrétiennes.
Ouest Cameroun
Dans cette zone, les Bamiléké occupent les collines et montagnes. Ils se distinguent entre eux par la chefferie dont ils dépendent. Le chef appelé FONG est le représentant des ancêtres fondateurs de la tribu. A coté de lui siège la reine mère appelée MAFO et les dignitaires.
Le Cameroun allemand
1884 correspond à la signature du traité germano-camerounais. Jusqu’en 1907, les Allemands vont explorer le Cameroun et délimiter ses frontières en passant des accords avec la France et l’Angleterre.
Les explorateurs allemands qui sont surtout des militaires vont faire face à certaines résistances
• Les DOUALA avec l’exécution de DOUALA MANGA BELL
• Au sud avec les exécutions de MADOLLA et Martin Paul SAMBA.
• Les BASSA et les BAKOKO
• Les Lamidats de Tibati, de Ngaoundéré et de Rey Bouba.
Pendant l’occupation allemande, le pays est mis en valeur ; l’agriculture se développe ; deux lignes de chemin de fer sont construites (Douala-Nkongsamba et Douala-Edéa) ; quatre centres de santé sont créés à Ayos, Doumé, Mbidalong et Kumbé ; deux hôpitaux à Douala et Victoria ; une première école est créée à Douala.
Le Christianisme au Cameroun
Ce sont les Missionnaires Protestants qui arrivent les premiers à Douala en 1843. Alfred Saker arrive à Douala en 1845 et fonde une mission sur le territoire Akwa qu’il appelle BETHEL, puis une deuxième sur le territoire du Roi Bell. D’autres arrivent à Batanga en 1879 et évangélisent le pays Boulou. Le premier catholique camerounais André MBANGUE reçoit son baptême en janvier 1889.
Les premiers Missionnaires Catholiques arrivent au Cameroun en 1890 ; ils sont conduits par Mgr VIETER. Pour ne pas heurter la mission protestante de Douala, ils s’installent vers l’intérieur chez le Chef TOKO sur les bords de la Sanaga. Leur première mission est nommée MARIENBERG. André MBANGUE les rejoint et devient interprète et moniteur. En 25 ans, les missionnaires allemands fondent 15 missions avec 22 écoles où enseignent 223 maîtres camerounais.
La colonisation franco-anglaise
Durant la première guerre mondiale (1914-18), les Allemands sont attaqués au Cameroun ; au sud par les Français et les Belges, à Douala par les Français et les Anglais, au nord par les Anglais. Ils se réfugient en Guinée équatoriale. En 1919, la Société des Nations confie à la France et l’Angleterre le Cameroun.
La France qui a reçu la plus grande partie du Cameroun entreprend de grands travaux ; le chemin de fer du centre est achevé jusqu’à Yaoundé, trois aéroports sont accessibles aux longs courriers (Yaoundé, Douala, Garoua)…
L’Angleterre ayant reçu la zone située vers la frontière du Nigeria fournit de gros efforts pour le développement économique et social ; les grandes plantations de la période d’occupation allemande sont transformées en coopératives d’Etat.
En 1940, les Allemands envahissent la France. Le 27 août, le Cameroun se rallie au général De Gaulle pour continuer la Guerre. Des Camerounais s’engagent pour la libération de la France sous la conduite du général Leclerc. Le pays à sa manière soutient l’effort de guerre en fournissant des renforts et du ravitaillement. Des taxes supplémentaires sont supportées pour acheter de l’armement.
Après la 2e guerre mondiale, une assemblée élue par par les Français résidant au Cameroun et par les Notables camerounais donne des avis sur la gestion des affaires du pays. Elle devient le 10 mai 1957 une Assemblée législative. Enfin le Cameroun obtient son autonomie interne ; il peut choisir son Premier Ministre en la personne d’André Marie MBIDA. Il devient un Etat, choisit son drapeau et son hymne.
L’Indépendance du Cameroun
Après la guerre de 1939-45, le Cameroun manifeste sa volonté de devenir indépendant.
Certains de ses leaders comme Ruben UM NYOBE choisissent la voie d’une indépendance rapide obtenue par tous les moyens. Il lance un parti politique l’Union des Populations Camerounaises (UPC) dès 1948. Il demande l’indépendance et l’Unification des deux parties du Cameroun sans délai. Des grèves se multiplient et le sang coule. L’UPC est interdit en juillet 1955 ; UM NYOBE choisit alors le maquis mais il est tué le 13 septembre 1958. Cependant, la lutte continue et s’étend même à l’Ouest Cameroun.
D’autres hommes politiques choisissent la voie pacifique de la négociation. Ahmadou AHIDJO qui préside le gouvernement camerounais depuis février 1958, négocie l’indépendance, demande la réunification et envisage la collaboration avec la France.
Le 1er janvier 1960, à Yaoundé, Ahmadou AHIDJO proclame l’indépendance du Cameroun, une constitution est votée et prévoit que le Cameroun est une république. Le 5 mai 1960, Ahmadou AHIDJO est élu Président de la république.
La Réunification du Cameroun
Dès 1960, des accords de coopération sont signés pour préparer l’unité future du Cameroun. Le 11 février 1961, les populations du Southern Cameroons votent pour un rattachement à la république du Cameroun. Les deux grands artisans de cette réunification sont John NGU FONCHA et Ahmadou AHIDJO.
Le 1er octobre 1961, la république du Cameroun devient république fédérale du Cameroun avec deux Etats : le Cameroun oriental ayant pour capitale Yaoundé et le Cameroun occidental qui a pour capitale Buéa. Chaque Etat a son gouverneur et un gouvernement fédéral siège à Yaoundé. Le 20 mai 1972, suite à un référendum, la république fédérale du Cameroun devient république unie du Cameroun.
Paul BIYA
En 1982, le Président de la république Ahmadou AHIDJO démissionne ; le premier Ministre Paul BIYA le remplace. En 1984, Paul BIYA est élu Président de la République. Le 4 février 1984, la république unie du Cameroun devient république du Cameroun.


Free Sitemap Generator

Histats.com © 2005-2014 Privacy Poli